Comment supprimer des articles de presse d’un site ?

Comprendre l’impact des articles de presse en ligne

Sub-partie 1: L’évolution des normes

Dans notre ère numérique, Internet joue un rôle énorme dans la formation de notre réputation personnelle et professionnelle. La possibilité d’accéder rapidement et de diffuser du contenu en ligne, y compris des articles de presse, peut poser des défis en matière de gestion de la réputation des entreprises et des individus. Auparavant, lorsque le public lisait des journaux papier, les articles embarrassants ou indésirables étaient lus et rapidement oubliés. Les journaux eux-mêmes étaient jetés chaque semaine et ne pouvaient être consultés qu’en consultant une archive ou en contactant directement le média. Aujourd’hui, les articles publiés il y a des années peuvent être facilement trouvés grâce à une recherche sur Internet, et le contenu embarrassant, non pertinent et dépassé reste accessible au public pendant des années après leur publication initiale. Pour les sujets de ces articles, le registre en apparence permanent créé par les articles de presse en ligne peut causer des préjudices réputationnels continus, de l’anxiété, de l’embarras, ainsi que des obstacles pratiques à la réussite future.

Sub-partie 2: L’impact des articles de presse

La gestion de votre réputation en ligne est étroitement liée aux résultats des moteurs de recherche tels que Google, Yahoo, Bing, et autres. Ces moteurs de recherche utilisent des algorithmes propriétaires pour déterminer où s’affichent les résultats des recherches, et l’un des critères de ces algorithmes est la crédibilité des sites qui publient des informations.

Les sites web des organisations de presse sont considérés comme des sources d’information hautement crédibles, et par conséquent, les articles de presse ont souvent une place élevée dans les résultats des moteurs de recherche. Cela peut poser problème pour votre réputation en ligne si un site de presse publie un article faux ou embarrassant vous concernant.

Droit à l’oubli

Sub-partie 1: Combien de temps les articles de presse restent-ils en ligne ?

La durée de disponibilité des articles de presse en ligne dépend. Certaines grandes organisations de presse ont adopté des politiques qui sont connues sous le nom de « Droit à l’oubli ». Ces politiques sont généralement basées sur une législation du même nom adoptée dans l’Union européenne. Le principe du « Droit à l’oubli » est que les individus devraient avoir la possibilité de faire supprimer des informations les concernant sur Internet si ces informations ne sont généralement plus pertinentes.

Voir >  Comment faire des rencontres sur Marseille ?

Les organisations de presse qui acceptent le « Droit à l’oubli » offrent généralement une possibilité aux individus de soumettre eux-mêmes des demandes de suppression d’articles contenant des informations personnelles identifiables. Ces organisations sont généralement très transparentes quant à leurs critères de suppression et sont disposées à discuter de leur décision avec les personnes faisant la demande. Il est important de noter que la plupart des organisations de presse préfèrent recevoir directement une demande de suppression de la part de l’individu plutôt que de son avocat. Ces politiques conviviales sont une méthode extrêmement utile et économique pour obtenir une réparation pour les préjudices continus causés par la disponibilité d’une publication négative.

Sub-partie 2: Comment aborder les sites de presse pour la suppression des articles ?

Si vous avez un article de presse qui contient vos informations personnelles ou une photo et qui est publié sur un site qui n’a pas de politique spécifique de « Droit à l’oubli », vous pouvez quand même faire une demande de suppression du contenu. Dans le cadre de ce processus, il y a plusieurs considérations à prendre en compte et des étapes à suivre pour augmenter les chances de succès :

Évaluer la nécessité de la suppression

Avant de vous lancer dans le processus de suppression, vous devriez analyser attentivement l’article que vous souhaitez supprimer, ainsi que le contenu spécifique qui pose problème. La demande de suppression de contenu sur des sites de presse peut être longue et, si vous utilisez un avocat, le processus peut également être coûteux. Vous devriez toujours considérer si le problème en vaut la peine sur le plan émotionnel et financier avant de procéder. Les articles de presse peuvent avoir un impact considérable sur votre réputation en ligne, mais il est important de peser le pour et le contre avant de faire une demande de suppression.

Rechercher le site de presse

Si vous décidez de poursuivre la suppression des articles indésirables, la première étape proactive du processus consiste à rechercher le site web où les articles sont publiés. Comme mentionné précédemment, vous devriez certainement rechercher les politiques du site web du média qui adoptent le « Droit à l’oubli ». S’ils le font, ils indiqueront probablement comment une personne peut suivre ce processus. Suivez ces politiques et procédures attentivement.

Voir >  Golvar : un site de paris sportifs ?

Si la publication n’a pas de politique de « Droit à l’oubli », il est important de rechercher la bonne personne à contacter concernant votre demande de suppression. Il est important de garder à l’esprit que la plupart des organisations de presse sont détenues par quelques sociétés mères. Ces sociétés mères publieront parfois leurs politiques sur les demandes de suppression, même si la « politique » est qu’elles ne « généralement » ne tiennent pas compte de ces demandes ou qu’elles les examinent « au cas par cas », ou elles fourniront un contact au sein de la société mère chargé d’examiner ces demandes. Vous pouvez également rechercher d’autres personnes qui ont fait des demandes similaires et voir s’il y a des recommandations pour votre plateforme spécifique.

Entrer en contact avec la bonne personne peut faire une différence significative dans le succès d’une demande. Envoyer une demande à un e-mail général d’un média peut entraîner votre demande d’être facilement ignorée. Envoyer une demande à une personne qui n’a pas la capacité de traiter votre demande peut nécessiter de répéter votre demande plusieurs fois et peut causer de la frustration.

Faire votre demande

Une fois que vous avez identifié la bonne personne à contacter, il est important de mettre beaucoup d’efforts dans votre demande de suppression. En général, menacer d’une action en justice n’est pas une bonne idée pour atteindre votre objectif. Les médias sont régulièrement menacés de poursuites et disposent de nombreuses protections légales qui les mettent à l’abri de toute responsabilité, sauf si certains critères sont remplis. Si le contenu publié à votre sujet était vrai au moment de sa publication, menacer d’une action en justice est peu probable de susciter une réponse de la part du média, encore moins de les amener à supprimer le contenu préjudiciable.

Il est préférable de présenter un argument qui incite le destinataire à peser l’intérêt journalistique de l’article par rapport au préjudice qu’il vous cause, en tant que sujet, au quotidien. La plupart des publications seront disposées à écouter un argument académique concernant ce type de demande et à considérer si votre situation spécifique mérite une réparation.

Il est important de noter que l’utilisation du terme « argument » ne signifie pas que vous devez être agressif ou accusateur dans vos communications. Comme pour les menaces légales, un tel comportement est peu susceptible de donner des résultats positifs. Présenter un « argument » signifie simplement exposer vos motifs de suppression de manière persuasive. L’objectif est de convaincre le destinataire de la demande de vouloir vous aider, plutôt que de lui donner l’impression que vous essayez de lui forcer la main.

Voir >  Grebak devient alkiom.com : films en streaming gratuit

Suivre et s’adapter

Après avoir fait votre demande initiale, il est important de continuer à suivre avec la publication jusqu’à obtenir une réponse. De nombreuses rédactions sont sous-effectuées et obtenir une réponse à votre demande peut prendre du temps. Il est important de ne pas se décourager et de continuer à demander respectueusement une réponse. Le fait de ne pas obtenir de réponse ne signifie pas toujours « non », alors ne vous découragez pas si vous n’obtenez pas de résultats immédiats.

Puis-je intenter une action en justice contre la publication ?

Dans la plupart des cas, il n’est pas conseillé de tenter d’intenter des actions en justice contre les médias pour des articles de presse. Comme indiqué, les médias bénéficient de nombreux privilèges qui leur sont accordés, et pour les contourner, une personne doit prouver que le média savait que les déclarations étaient fausses, ou qu’il était tellement imprudent en publiant l’article qu’il devrait être tenu responsable. Cela représente un fardeau extrêmement élevé à surmonter. Vous devez également vous rappeler que la question pertinente est de savoir s’ils savaient que les déclarations étaient fausses – ou étaient imprudents quant à la vérité ou la fausseté des déclarations – au moment de leur publication.

Cela dit, dans certaines circonstances, il peut être possible d’intenter une action en diffamation ou d’autres actions liées à la vie privée contre un média. Le succès potentiel d’une telle action dépendra de nombreux facteurs spécifiques aux faits et nécessitera une analyse juridique. Si vous pensez pouvoir satisfaire au fardeau élevé imposé aux plaignants en diffamation poursuivant une action contre un média, il est important de contacter immédiatement un avocat spécialisé en diffamation pour discuter de vos options.

Bien que les articles de presse puissent avoir un impact plus durable et plus dévastateur dans ce nouveau monde numérique, il existe encore des options pour remédier aux préjudices causés par ces publications. Bien qu’il soit très difficile d’intenter des actions en justice contre les médias pour les informations qu’ils publient, il peut être utile de travailler avec des avocats ayant de l’expérience dans l’aide à leurs clients pour gérer leur réputation en ligne et faire face à ces types de situations.

Laisser un commentaire